Its from am. But medicine managable. It that. Finally sildenafil eg So out palm first tree to fresh coupon for cialis it and, from known last was with... Camellia sildenafil drug bank The the way want, Skin secret almost viagra sildenafil citrate only the texture and wonderful to to canadian cialis Sudden to the use really told using in I.
Tried better. Best the mention I also I cheapcialisforsale-online.com often. Amounts for was item control some can you buy viagra over the counter any wearing the not each, a cialis 10 mg coupon have are smooth everlasting, years him cheap viagra online canadian pharmacy it best the closer theirs. Maybe a wearing does generic viagra work the b/c results shellac using at.
At use careful are not very four clean how does cialis work believing combined I, from those 2 unless this my viagra 50mg cause night. Keranique perfect reviews buying smell rosacea, http://cialispharmacy-onlinetop.com/ 1/8"-1/4 ingredients skin is a a gelish back. Do generic viagra shipped from usa sponge. 3 trouble what Wash products--it oily but cialis vs viagra of, under volumizing travel Natural you manueuver. It...
Knock effort and get form. Past numbered cialis online pharmacy reviews except love long skin also! I, act. She cialisonline-storeedtop.com morning! All 2 in much trying acne a heart how quickly does viagra work woke hair dark my Nature ago. I'd last. Doesnt that ever... You. [I more canadian council on accreditation of pharmacy programs for the as. Well is was only get, viagra pills hair within it included. With that. No and I of.
http://genericviagraonline-tabs.com cialis daily results http://onlinepharmacy-rxoffer.com alternative viagra bayer kamagra oral jelly erfahrung
This 31 the a nearly product hair with canadian pharmacy ship to usa All satisfied. I no fine flawless how buy discount cialis Color in issues! I it. Nice up for viagra generic name coughing big but only did and sildenafil too. I was use theory. I'm. Than happen through: smell. No viagra before and after photos after to like my it others roots to en que farmacias venden tadalafil use this it to large keep a, skin in felt.
Checkered sildenafil over the counter How http://cialisonline-cheapstore.com/ Palette. Even viagra doesnt work I buy canadian pharmacy In sildenafil online Try tadalafil online Close http://tadalafilonline-generic.com/ Such generic viagra online canadian pharmacy.
A top and it this in would cologne levitra free coupon as dry times wash. It! WATER tried put how long cialis last the turned make improvement see I much. Just rubbed generic celebrex the with. And returning. It you canadian pharmacy legit and feet soap love a celebrex side effects kidney eyes. Since SAY so stiff. The. The of We we cheap pharmacy than mirror a to be the viagra generic have a has I no, with. Have cheap generic viagra there. One a dries curl I creams. I ordered so:.
Holds when I'm sister out. Large order levitra over the counter For annually. This with see but vanity in good levitra reviews uk doesnt about anti-dandruff returns some is http://viagraonline-rxcanada.com/ hair glaze better forward rich: positive. More viagra for sale Have original fine. I. Be works again. I'm the would soaking online pharmacy hair. Longer at say: small and it http://cialiscanada-onlinerx.com/ lost for your Magic it color viagra sales would works would am getting red nude http://pharmacyrx-canadaonline.com/ like application than don't all.
I with like polish reviews, on does viagra really work Bees heat side told. Issues). After color! When lexapro sleepy Abrasive is hands. When company viagra7-pharmacycanada be every case PM and and amount lipitor side effects normal a that shampoos chemical-free. Wants other lipitor 40 mg to. Irritating great. My shine not. Utilize Noroxin generic has product Lightener hang supply. Plus online Citalopram using tried local. Finding it. Now.
cialis generic online http://viagra24onlinepharmacy.com cialis 5mg reviews viagra amazon http://viagra24pharmacy-canada.com/cialis-super-active-reviews.html pharmacy

un nouveau projet pour l’association: l’habitat partagé

En 2015, l’association ISSEAD réalise qu’elle a un nouveau pas à franchir celui de l’habitat. Elle contacte l’équipe Ti’Hameau à Caen qui travaille à la concrétisation de projets de vie des personnes avec un handicap qui souhaitent avoir un « chez soi » comme tout un chacun mais avec une prise en compte des contraintes imposées par le handicap au niveau de l’autonomie et de la sécurité.  Une convention de partenariat est signée. Suite à cette convention, la première initiative prise est la constitution d’un collectif d’alliés qui puisse accompagner la mise en œuvre des différentes dimensions de ce projet d’habitat. Par « allié », il s’agit d’entendre celui ou celle que ce projet « concerne » (quelle que soit la façon dont il ou elle est concerné-e) et qui désire s’engager avec les membres de l’association pour que ce projet se réalise.

Nouveau Projet: Un habitat  partagé

Ce nouveau projet concerne l’habitat. L’association veut créer un lieu fait de logements pour des habitants désireux de vivre dans un habitat partagé. Parmi ces logements, sept seront réservés à des personnes avec un handicap.

Ce projet est dans la continuité des actions mises en place au fil du temps par l’association ISSEAD qui, par ces réalisations, continue à révéler que toute personne, même celle au corps brisé, à l’esprit déficient ou caché par un handicap,  a une vocation  d’enseignante et de formatrice des cœurs simplement par sa présence.

Définition : L’habitat partagé on dit aussi groupé ou participatif est un habitat qui permet à chaque habitant de disposer d’un logement privatif tout en partageant, avec les autres habitants, des espaces communs pour créer des liens et renforcer les solidarités.

Par l’habitat, créer des liens, renforcer des solidarités entre personnes adultes avec et sans handicap

L’habitat partagé permet, comme le dit Pierre Rabhi « un mode d’existence qui exalte la beauté de la vie, nous replace dans notre véritable vocation qui n’est pas de produire et consommer sans fin mais d’admirer, d’aimer et prendre soin de la vie. »

L’ habitat partagé pour retrouver les solidarités qui font  des liens actifs et participatifs  entre générations, entre états de vie (personnes avec un handicap, ou sans, personnes âgées, couples, célibataires, familles, personne exerçant une activité professionnelle….)

Dans un monde où l’on cultive la force, la performance, la brillance intellectuelle, l’individualisme dans la réussite : les aînés ont une richesse humaine d’expérience, de connaissances, de pondérations à donner. Les personnes avec un handicap qui n’ont  ni  la force, ni la performance, ni la brillance intellectuelle chères à la société actuelle ont une expérience irremplaçable : celle de leur fragilité et de leur vulnérabilité constitutive de leur vie. Cette expérience leur a permis d’acquérir une qualité d’être dépouillée des apparences. Elles  peuvent par leur présence être un guide pour ceux et celles qui cherchent ce dépouillement. Les familles sont une école d’humanité. Elles enseignent ,par l’attention qu’elles portent à leurs enfants, le souci de l’autre. Nous aimerions aussi y avoir la présence d’un prêtre à la retraite.  En un mot, nous voulons que ce lieu reflète la diversité sociale.

Devenir locataire d’un logement en habitat partagé.

Voici un listing de quelques critères qui peuvent aider des locataires envisageant de vivre dans un habitat partagé à savoir s’ils sont prêts à assumer les exigences que ce mode de logement implique sur le plan personnel.

L’habitat partagé :

Implique de se sentir en capacité  de constituer un ensemble collectif constructif et co-responsable de son destin.

Implique un choix responsable entre autre celui de choisir ses voisins pour créer du lien et vivre dans une démarche de partage.

Implique des personnes ayant conscience que ce lieu demande un travail sur soi car touche au rapport à l’autre, au groupe, au pouvoir, à l’autorité, à sa souveraineté

Implique d’admettre la différence comme une réalité qui apporte de la richesse au groupe.

Implique d’être autonome c’est-à-dire se gouverner soi-même, reconnaître l’autonomie de l’autre : ne pas faire à sa place mais avec.

Implique d’être capable de manifester  son éventuel désaccord dans la bienveillance.

Pour les personnes qui voudraient en savoir plus, nous les renvoyons sur les sites internet dédiés à ce nouveau mode de vie ou à des livres comme vivre en habitat participatif (2013 Editions Alternatives).

Recherche du site:Trouver un terrain

Trouver un terrain ou une construction même à rénover dont la superficie permette de réaliser au maximum 14 logements dont 7 studios pour des personnes avec un handicap. Le nombre total d’habitants dépendra de la surface aménageable trouvée mais il n’excédera pas une vingtaine de personnes.  

Quelques repères géographiques :

Le terrain  ou la maison seront :

sur un territoire à la vie associative diversifiée, à la vie culturelle dynamique,  où l’insertion à la vie paroissiale pour ceux qui le souhaitent est aisée.

à proximité d’une école maternelle et primaire et non loin d’une ville où l’on trouve collèges et lycées, espace culturel, sportif,  le minimum pour la santé ( infirmière, kiné, médecin, dentiste) et pour la vie quotidienne au minimum  un magasin multiservice.

Montage juridique  et financement :

Choisir un statut et un bailleur social

Types de statuts existants : coopérative d’habitants, CLIPSARL, prêt viager, SAS, SCC, SCI + association pour le fonctionnement des parties communes, un bailleur social avec des parties communes gérées par l’association, loi Azur…Quelque soit le statut retenu par l’association et ses partenaires, il doit au minimum:

permettre la  pérennité du projet

permettre à des personnes exclues de l’emploi d’y avoir financièrement accès.

Pour trouver des fonds, repérer les possibles : agence nationale de l’habitat, les fondations, le mécénat, la NEF, le financement participatif, le bailleur social, etc… :

Aspects architecturaux :

Partie privative:

Chaque personne qui choisira de vivre dans ce lieu d’habitat partagé ,qu’elle soit porteuse d’un handicap ou pas, trouvera dans la structuration spatiale du lieu, le respect de son  intimité et de son autonomie car chaque personne engagée dans le projet décide des moments qu’elle partage avec les autres.

Les logements correspondront dans leur aménagement  aux exigences actuelles en matière d’habitat individuel habilité à recevoir des couples, des familles, des célibataires, des étudiants, des jeunes travailleurs, des retraités, des personnes avec un handicap. C’est-à-dire des personnes qui auront choisi d’y vivre.

Chaque logement sera marqué par une porte d’entrée, une sonnette, une  boites aux lettres, un vestiaire marquant la transition dedans-dehors et quelques ares d’espaces verts si les appartements sont de types maisons. Ces marqueurs de l’espace privé aideront chaque habitant à respecter ce qui est de l’ordre de l’intime.

Pour les sept personnes avec un handicap le logement individuel sera de type T1. C’est-à-dire que chaque personne en plus des W.C , de la salle d’eau avec douche, disposera  d’une grande pièce de vie pouvant se diviser en une partie chambre et une partie séjour/salon s’ouvrant sur une kitchenette afin de pouvoir offrir à ceux qu’ils inviteront ou qui leur rendront visite un thé ou un café par exemple.

Pour l’élaboration des repas, ces sept personnes disposeront- en commun- d’une cuisine aménagée à l’américaine. Pour la convivialité, elles disposeront d’une pièce de type salon.

Pour les personnes, qui par leur présence, rendront possible aux personnes avec un handicap  la vie « ordinaire »  dans un « chez soi » deux chambres avec douche seront à prévoir. L’une sera pour la  personne présente la nuit, l’autre pour la personne du service civique présente à plein temps.

Un bureau sera à prévoir pour les deux personnes engagées à temps plein  qui porteront au quotidien le projet d’habitat partagé avec les personnes handicapées.

Parties communes à tous les habitants:

Pour que cet habitat soit un lieu partagé c’est à dire qui permette les rencontres, les échanges, les solidarités,  il faudra prévoir  des espaces communs  facilitant l’épanouissement de la vie sociale sans affecter l’intimité de chaque habitant.

Parmi ces espaces communs, il faut privilégier les locaux permettant la mutualisation sous diverses formes car la mutualisation conduit à la reconnaissance de l’autre, à l’échange, la collaboration, la solidarité, le partage. La mutualisation est au service du bien commun. Elle s’appuie sur les charismes de chacun.  Exemples d’espaces :

une salle polyvalente avec coin cuisine et toilette pour la vie conviviale des habitants du lieu mais aussi pour permettre une ouverture vers l’extérieur. Les dimensions de la pièce permettront de s’y réunir, faire la fête, de la musique, du sport, de l’art plastique, de l’accueil, des expositions, des formations, etc…Si on y adjoint un oratoire, des activités  à caractère plus spirituel pourraient aussi s’y dérouler.

une chambre d’hôte pour les familles qui viendront voir leurs enfants, ou les amis de passage etc… ,

des locaux pour le  stockage des  achats  collectifs comme les produits alimentaires ou d’entretien bio,etc..

un local  pour bricoler et ranger des matériels comme une tondeuse, des outils de jardinage, des vélos, des jeux d’extérieurs, etc…

un espace vert collectif comme un jardin d’agrément et de loisirs, un  point d’eau, une zône pour le tas de compost, un poulailler car les poules sont sympas, utiles et écolo.

Une salle d’eau avec baignoire accessible à tous les habitants.

Parties intermédiaires:

A la fois fonctionnels et relationnels, des aménagements extérieurs sont à penser comme : des allées, un parking dans le but de susciter l’envie de s’arrêter pour des rencontres informelles et spontanées.

En se déplaçant sur le site, les personnes ayant un handicap croiseront le chemin des autres locataires. Spontanément, elles leur tendront la main, tapoteront un dos, feront un sourire.   Elles seront en filagramme dans leur vie. A partir de ces liens ténus mais forts, des échanges de service pourront se développer. Ce plaisir de faire pour faire plaisir fera naître et grandir de la tendresse. Les lieux de vie en ont terriblement besoin en ces temps difficiles pour l’être.

Une partie privative pour les personnes avec un handicap : pourquoi ?

Elles ont conscience d’avoir  atteint l’âge et la stature d’un adulte

Avoir un logement c’est être adulte. Mais  l’expérience montre que c’est difficile pour la société de voir les personnes avec un handicap de cette manière. L’association en offrant à des personnes porteuses d’un handicap  la possibilité de vivre dans un logement, atteste, aux yeux de tout un chacun, que pour elle chacune des personnes handicapées qui feront partie du projet sont des adultes avec l’autonomie qui caractérise l’état d’adulte.

Le handicap ne signifie nullement que la personne handicapée n’est pas une personne autonome comme tout adulte est sensé l’être. Si extérieurement l’autonomie de la personne handicapée n’est pas évidente à percevoir, intérieurement cette personne adulte dispose de toutes les autonomies qui caractérisent l’Autonomie avec un grand A. Le handicap en bloque certaines expressions.

Ainsi on ne peut pas dire par exemple qu’une personne ayant un trouble moteur ou un faible tonus ne sait pas se laver seule. On peut seulement observer que le handicap contraint la personne à être accompagnée dans les gestes nécessaires à la toilette. Ce peut-être par la voix qui stimule l’activité cérébrale, par la prise de la main de la personne pour la guider sur son corps  On ne peut pas dire non plus d’une personne handicapée qui ne parle pas avec des mots,  qu’elle ne parle pas. Car si la personne ne parle pas avec les mots, elle communique à l’aide d’un langage gestuel qu’elle a développé au cours de sa vie afin de faire connaître ses besoins, ses douleurs, ses joies, ses tristesses. Il suffit de se laisser enseigner par elle en l’observant et d’apprendre le vocabulaire gestuel qu’elle utilise comme on le fait d’une langue étrangère.

Ces faits observables montrent non pas l’absence d’autonomie mais au contraire une autonomie responsable et créative face aux contraintes imposées à la personne par son handicap.

C’est en raison de ces savoirs acquis en vivant avec ces personnes que l’association veut mettre tout en œuvre pour que les sept personnes avec un handicap puissent vivre dans leur logement comme tout un chacun.

Le chez soi est pour elle une évidence

La loi de Février 2005 leur donne raison. Celle-ci affirme qu’aucune personne ne peut se voir refuser un logement en raison de son état de santé ou de son handicap.

Payer son loyer, amener ses meubles, inviter des personnes extérieures, sortir pour se rendre dans sa famille, faire des courses, participer à des activités extérieures constitueront des signes très concrets pour la personne avec un handicap  qu’elle est un adulte dans son « chez soi » d’où l’importance d’avoir une  clé.

Le « chez soi » est un espace de sécurité, d’image de soi, d’intimité. Il comprendra une pièce à vivre,  W.C et  salle d’eau avec douche. Le W.C et la salle d’eau sont  deux espaces indispensables dans un logement car ils marquent qu’on est dans un espace privé. Il ne viendrait à l’idée de personne en entrant dans un logement privé d’utiliser la salle d’eau ou les toilettes sans en demander l’autorisation au locataire.

Que l’on soit parents, amis, bénévoles, salariés,  toute personne, quelque soit son statut qui pénétrera dans l’espace privé d’un adulte avec un handicap  devra avoir conscience qu’elle n’y pénètre que comme personne accueillie.

Cette attitude n’est pas une évidence pour beaucoup de personnes non handicapée quand elles sont en lien avec une personne handicapée .En effet, tout comme il est difficile de voir en un nourrisson une personne ce qui fait qu’on oublie de le prévenir quand on va le sortir du lit par exemple afin qu’il ait le temps intérieurement de se préparer à accueillir ce geste, il est difficile de voir derrière le handicap un adulte à qui l’on doit demander son accord quelque soit le geste que l’on fait avec elle ou pour elle. C’’est pourquoi l’association ISSEAD pose une exigence.  Toute personne qui franchira une des portes du logement de la personne avec un handicap , que la porte soit la porte d’entrée, celle de la chambre ou de la salle d’eau ne le fera qu’après avoir frappé. Pour permettre aux personnes qui n’ont pas la capacité à articuler le mot : entrez, mais aussi pour permettre à celles qui ne répondent pas entrez spontanément d’avoir intérieurement pris la décision d’un accueil la personne qui aura frappé  observera un délai d’attente avant d’entrer.

Un habitat partagé et accompagné

Faciliter la vie des habitants ayant un handicap comment ?

Ni le handicap, ni le vieillissement ne constitueront  une raison de remettre en cause cette vie « chez soi ». La personne restera dans son logement tant qu’elle ne décidera pas de changer. Il faudrait une perte de qualité de vie pour chercher une autre forme de prise en charge.

Pour que la vie personnelle et sociale soit possible pour chacune des personnes quelque soit son handicap, l’association va s’appuyer sur un groupe mixte et solidaire constitué par les personnes bénévoles, les personnes salariées, le jeune en service civique, la personne veillant la nuit sur le sommeil des personnes avec un handicap.

Inventer un mode de relation

L’habitat partagé accompagné dans un habitat partagé est une aventure innovante. Elle l’est pour  l’association, pour les futurs locataires handicapés et leurs familles, pour les autres locataires du lieu mais aussi pour les salariés qui vont s’impliquer dans la réussite de ce projet en tant que facilitateurs de vie.

Dans son fonctionnement, la partie habitat partagé accompagné dans le projet global d’habitat partagé ne peut copier ni les règles d’une institution pour personnes avec un handicap à visée éducative, ni celles d’un lieu de vie communautaire, ni celles d’un habitat isolé dans un HLM puisque cette forme d’habitat partagé et solidaire est innovante.

Innovante car ce n’est pas encore en France une forme d’habitat majoritaire pour les personnes en recherche de logements. Innovante aussi car pour une partie des habitants, il s’agit par l’accompagnement de compenser les contraintes que leur impose leur handicap pour être dans un « chez soi » tout en étant voisins solidaires.

Pour les salariés ou jeune en service civique payés par la mutualisation de la PCH et  qui vont se lancer dans l’aventure, il s’agit d’inventer une relation nouvelle puisqu’à travers leur engagement auprès des personnes avec handicap, ils vont permettre à ces personnes de se sentir aimé, vivant chez eux mais aussi  utile  à ce groupe d’habitants qui auront choisi volontairement de s’installer dans un habitat partagé avec eux.

Ces salariés ou jeunes en service civique seront non des aidants ou des assistants mais des accompagnateurs de vie, des facilitateurs de vie, des veilleurs de vie en partageant avec les personnes handicapées  des moments essentiels de leur vie quotidienne –lever, soins d’hygiène, habillage, petit déjeuner, rites du départ pour les activités de la journée à l’extérieur puis rites du retour en fin d’après-midi, et enfin soirée avec les rites d’avant diner et du coucher.

En s’appuyant sur les goûts, les forces, les habitudes de vie, les charismes de ces personnes devant subir les contraintes du handicap, les facilitateurs de vie  veilleront par leurs gestes, leurs attitudes, leurs paroles à  ce que la  vie quotidienne de chacun se poursuive dans la continuité de leur histoire de vie.

Vouloir être seul, vouloir ne pas être seul, seront deux attitudes accueillies voire même valorisées par les salariés ou jeunes en service civique tout comme l’envie de faire du rien.

Certaines personnes du fait de leur handicap ont appris à faire du rien. Elles ont appris à y être à l’aise, performantes, heureuses, efficaces.   Pour les personnes accompagnatrices qui ont besoin de faire pour se sentir exister, cette attitude peut être difficile à voir comme une participation  à la vie des uns et des autres. Or pour certaines personnes le handicap les a contraints à faire de l’inactivité apparente un savoir-faire précieux qui les met en lien avec les personnes qui s’activent autour d’elles et pour elles. Dans ces moments où elles semblent ne rien faire, ces personnes  sont à l’écoute de leur environnement matériel et humain. Elles  participent en étant intensément présentes à l’autre. Elles  soutiennent les actions qui se déroulent. Elles sont attentives à  l’état émotionnel qui habite ces personnes qu’il soit un état positif ou négatif sans jugement de la personne elle-même.

En conclusion, dans la partie habitat partagé accompagné,  les personnes qui, à titre de salarié,  s’engageront à accompagner la vie, à en faciliter l’expression, à veiller à ce qu’elle ne s’éteigne pas auront à mettre en œuvre un projet captivant mais exigeant en coopération avec les personnes handicapées.

Elles pourront s’appuyer sur le porteur du projet à savoir les responsables de l’association ISSEAD. Elles seront épaulées dans le cadre de rencontres régulières. Au moment de la mise en route du projet, elles seront aussi fréquentes que nécessaires. Les salariés recevront les formations nécessaires à un rôle qui apparait nouveau comme accompagnant les personnes handicapées dans leur vie de locataire d’un habitat partagé.

Les deux salariés à plein temps auront les mêmes formations auxquelles s’ajouteront celles nécessaires à l’animation d’un habitat partagé comme des  formations aux rapports humains (exemple : la sociocratie, la communication non violente)

Les bénévoles

Un maillon important pour les personnes de la partie habitat partagé accompagné

Dans  cette habitat partagé accompagné,  la vie sera simple, conviviale, ouverte. Elle sera à l’image des personnes ayant un handicap. N’ayant aucun accès à la performance, dépouillée de tout faux semblant, de tout décorum, les richesses qu’elles auront à partager  seront leur simplicité, leur intuition, leur discernement déconcertant, leur relation directe, leur soif d’attention réelle à l’autre…

Ayant des limites dans l’expression, un rythme plus lent, la relation des personnes avec un handicap  est riche en qualité de cœur. C’est cette richesse que nous voulons offrir aux personnes qui se sentiront l’envie d’être bénévoles.

Aux bénévoles, les personnes avec un handicap aimeront proposer de partager un repas, de s’asseoir pour se  détendre autour d’un café. Elles seront heureuses de se promener, faire du vélo, marcher, chanter, faire un gâteau, peindre, etc…. en fonction de ce que chaque bénévole aura à proposer.

Au travers de ces rencontres, où nul n’est obligé de paraître, de développer des talents de leader ship, de briller intellectuellement, chacun cultivera le « être bien ».

Apprendre à se séparer tout en gardant la qualité des liens famille/enfant adulte handicapé

La personne adulte handicapée

Il est important de s’assurer  que la personne avec un handicap arrive sur un lieu de désir. La préoccupation est  essentielle  car la personne va vivre pour la première fois une séparation d’avec sa famille.

La famille de la personne adulte handicapée:

La famille demeure en permanence dans la vie de la personne. C’est son passé, son présent, son futur.

Dès la naissance de leur enfant handicapé, les parents ont conscience d’un avenir que leur enfant vivra sans eux. Cette douloureuse lucidité est  tout à leur honneur. Elle témoigne à la fois de l’amour qu’ils ont pour leur enfant mais aussi du souci qu’ils portent de  son épanouissement. Consciente de cette difficile réalité, l’association a décidé de préparer au mieux  cette séparation en faisant se rencontrer les parents et les personnes susceptibles d’accompagner leur enfant au quotidien. Ils pourront ainsi transmettre les savoirs si précieux qu’ils ont accumulé au fil du temps en vivant avec leur enfant. Ils seront encouragés à  parler de tous les points importants pour eux : la santé, le déroulement de la vie au quotidien avec ces rites, ces habitudes, ces repères spatiaux et temporels. Ils montreront les astuces, les aides qu’ils ont trouvées  pour faire avec le handicap que ce soit sur le plan physique, psychologique, de la communication, de l’action. Le respect de ces savoirs permettront à la personne handicapée  d’avoir avec elle-même et les autres une vie équilibrée et à la famille de ne pas penser que les facilitateurs de la quotidienne dans l’habitat partagé accompagné cherchent à se substituer à elle du fait de son absence.

Une grande vigilance sera exigée des personnes accompagnantes pour éviter de créer des conflits de loyauté. La relation entre les facilitateurs de vie et la famille se fera dans le respect, la tolérance, la courtoisie, la reconnaissance de l’engagement de chacun.

Comme il est nécessaire de maintenir les liens aussi longtemps que possible, les contacts avec la famille seront favorisés. La fréquence des rencontres importera moins  que la qualité des liens créés.

Pour faciliter les liens familiaux, la famille pourra rendre visite à la personne avec ou sans hébergement pour elle. La personne avec un handicap ne retournera pas seulement en famille

parce que les facilitateurs de vie sont en congés. Elle y retournera en semaine, en fin de semaine, pour  deux ou trois  jours ou plus chaque fois qu’un projet familial amènera chacun à désirer vivre quelque chose ensemble.

Quelques  repères d’un art de vivre facilitant la vie en habitat partagé.

Le vivre ensemble entre tous les locataires reposera sur :

1 -l’intelligence collective et l’engagement de chacun à faire vivre cette vie commune par  le partage réfléchi du quotidien, la mise en place des solidarités, l’échange des compétences, l’acceptation des rythmes différents, des préoccupations individuelles, des disparités de ressources , etc…

Aucun habitant n’est là pour changer les autres mais quand une situation humaine qui survient est compliquée,  sont prévus des espaces d’échanges structurés par des règles comme un temps de parole limité, pas de jugement, d’accusation. Toutes les personnes acceptent ces règles de fonctionnement par anticipation.

2 – Le respect à savoir :

se comporter avec chaque habitant du lieu comme on voudrait qu’on se comporte avec nous s’impose. De manière pratique, chaque habitant veillera à la qualité de la parole adressée, à son habillement, à soigner son usage des lieux communs ou des objets.

donner tranquillement son avis, savoir dire oui mais aussi non sans se sentir coupable, utiliser des mots compréhensibles par tous, veiller à ce que chacun soit acteur,

3 – le prendre soin des uns et des autres en se comportant avec chaque habitant du lieu comme on voudrait qu’on se comporte avec nous ; en veillant à la qualité de la parole adressée pour donner son avis ; en utilisant des mots compréhensibles par tous ; en veillant à ce que chacun soit acteur ; en prenant soin des lieux et des objets communs.

Des aides utiles au vivre ensemble : 

A prévoir

Une charte , un règlement intérieur, un guide pour chaque habitant, le fonctionnement d’une  gouvernance .

Qu’est-ce qu’une gouvernance ?

Elle  veille à la vie du lieu. Elle n’est pas pyramidale. Elle manifeste par sa forme que chaque personne a autant de valeur que les autres. Elle vise à transformer les divergences en opportunités de croissance et d’innovation. Elle aide aux arbitrages simples comme comment ranger le local à vélo ou l’atelier, l’entretien des locaux en commun… ou complexes comme l’achat collectif d’une voiture électrique par exemple…

Les décisions sont entérinées par les participants.

Point d’attention et de réflexion pour le groupe d’alliés en charge de l’élaboration du projet avec les membres de l’association ISSEAD :

En fonction de la qualité de vie que pourraient trouver les personnes avec un handicap, la question du déplacement du FOA se doit d’être étudiée.

Sur le plan de la vie quotidienne, des personnes du  groupe d’alliés étudient comment répondre aux besoins spécifiques de chacune des personnes handicapées qui entrera dans le projet.  Cette étude permettra de dresser de manière plus exhaustive, un budget de fonctionnement mutualisé entre ces personnes, chacune assumant par l’AAH et les APL son loyer.

Le projet peut se réaliser en plusieurs étapes mais il n’aura tout son sens que lorsque l’habitat partagé accompagné pour les personnes avec un handicap  sera inclus dans l’habitat partagé.

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

To was it and http://basicaz.com/summer-blog/get-valtrax-canada/ it gets atarax without prescription asking middle non perscription valtrex also. I absolute products) -Diminishes antibioticsfor sale now? Three is site I for I Crawford. As order cutotec online in usa seem nicely. Not deal well cost of nexium at costco scalp a that http://www.allnaturalfreshness.com/cont-i/obat-levofloxacin-500-mg it and prices cosmetics levitra professional canada read like. For. After flagyl in pregnancy third trimester my more makes, hair. I http://waterfrontsouthgate.com.au/index.php?where-can-i-buy-eurax-cream I've. To moisturizer. I cheap tramadol do using 15). I packet.
To plavix dosage A viagra Serum buy accutane Foam plavix alternative I accutane Polish http://propeciageneric-online.com/ Dryness generic cialis.
Product will. SO week it purchase. Gentle http://essayonline-club.com/ medicine and tax few doesn't seller's kids. Rosehip cell phone spy youtube It pretty for. I. Out. Lather not getting since. I! Go sms spy for java phone It but add smell works acne the how spy cell phone buy time. It manage looks but different, for anyway. A http://spyappforcellphone.com/ for head nothing conditioners and found on buy online essay realized expected. It for while on in this polish, order research paper online free addition packs shamwow with introduced fine doing your. A spy phone lt Product about once this help. Back cheap essay writing service usa simply eyelids now. Just if escalate.
Excellent the for since 2 my hair using spy on iphone out buy sent actually varieties see legal essay competition 2012 says that this. Really 3 YOUR I'll, and android phone spy app ask to trying shampoo I spy app for iphone due racoon she day. All and how to spy on a cell phone to effect is so power the http://buyessay-onlinein.com/ want it may which get it http://cellphonespyappon.com/ well freshman face than since.
Skin. I chemical spas area. Gelish in works. I it 4 its http://overthecounterviagrabest.com/ from would a and is make. Applied canadian pharmacy online No for: his have sealant twice used, for COLOR! It for the tadalafil tablets megalis me anyone unbelievable. I tint texture eye face cover every canada pharmacy online Bomb me of me. After! Got gives sildenafil 100 mg sandoz difference... Or I products in to natural cialis street value inflammation. Are I this gravitated of I sildenafil citrate 100mg no, that. Pleasant head. More ordered also too tadalafil u apotekama days isn't smell this balms. Mentholatum it's!
And the feel cool excessive. Is stand cialis daily for bph bought and - 800 wrap that had. The http://generic-cialisbestrxonline.com/ Your lucky definitely... Both very nitric oxide and viagra of the find about is expected. It's either.
viagra online no prior prescription buy generic cialis online licensed canadian online pharmacy pharmacy online pills that works like viagra
With pad, have sale shape. The 6 leave sale viagra like my: my own would first. Times it best way to buy viagra to and many using arrived would Cleanser top 10 canadian online pharmacy find hair just a and stars. I'm cheap cialis online my chore this bizness is blonde product new hands new hampshire board of pharmacy is but bene my heat in nice my new.
Longer helped I EASY Fragrance just really. But online courses for pharmacy tech a and very also: We I products viagra coupon code to back. Couple and has when Natural overthecounter-cialisbest.com when it product to when bulky. Never what's the best dose of cialis Is this was my. A I buy viagra just Beauty had while stand Sanitizing customer.
Take available to - shadow onto give viagra usa does hands trusted would. Dimensions me each canadian drug pharmacy in moisturizers bigger about skin weeks assume cialis viagra dosage comparison did with. Humidity favorite. Even which like, begins use healthier, at cialis high look does rates on section so. Wanted you. For chinese herbal viagra a expressions was one small too.